top of page

Caresser son chien sur la tête, c'est de la "domination" ?


Voilà une phrase que l'on entend malheureusement encore de nos jours. "Je caresse mon chien sur la tête pour lui faire comprendre que je le domine" ou bien "ah non, pas sur la tête, il va prendre ça pour de la domination". Entre vieilles croyances, préjugés et ignorance, le concept (erroné) de dominance et de hiérarchie sévit encore aujourd'hui dans le monde canin.


Pour essayer de répondre à cette question, et amener plus de réflexions (éthologiques) sur le sujet, commençons par définir plusieurs points : Domination : "Action de dominer, d'exercer son autorité ou son influence sur le plan politique, moral, etc " (Larousse) Hiérarchie : "Organisation sociale fondée sur des rapports de subordination (selon les pouvoirs, la situation de chacun)" (Le Robert)




• Le concept de dominance fait écho à une hiérarchie (en clair, pour qu'il y ait dominance entre les individus, il faut qu'une hiérarchie soit établie entre ceux-ci). La hiérarchie s'établit, entre autre, sur des critères pour classer des individus. Autant dire que le problème s'arrête ici quand il s'agit d'avancer une potentielle (et imaginée) "hiérarchie" entre l'humain et le chien.


• Pas de hiérarchie entre deux espèces différentes. Dit comme ça, (j'espère que) ça paraît logique. Donc, pas de hiérarchie entre l'humain et le chien. Comment peut-on établir une hiérarchie avec des critères communs à deux espèces quand une espèce (ici, le chien) n'a pas la possibilité intellectuelle de formuler des critères ? Sans parler que nous sommes tellement différents qu'il est impossible de trouver des critères communs sur lesquels baser une potentielle hiérarchie.


• La hiérarchie est établie par l'humain (enfin dans sa tête, car rien de scientifique appuie cette hypothèse) en fonction de ce qu'il connaît dans son monde d'humain via des aspects culturels, de société, etc (exemples : l'armée, les entreprises, etc). Le problème de transposer notre monde d'humain à un monde canin, c'est qu'on essaie de faire rentrer (inutilement) un carré dans un moule en étoile. Les deux mondes ne peuvent être mis dans le même moule. Et cela pose aussi des questions (et des problèmes) concernant l'anthropomorphisme et toutes les projections humaines que l'on attribue aux autres espèces. • Caresser son chien sur la tête n'est pas de la "domination". On ne lui fait pas comprendre que c'est nous le chef en le caressant ainsi (car on est le chef de personne en fait). Par contre, la question qui devrait réellement se détacher de cette histoire c'est : est-ce MON chien apprécie les caresses à cet endroit ? Le consentement et l'adaptation à ce que notre chien apprécie devrait toujours être au centre de nos interactions avec lui • Au lieu de parler de hiérarchie, parlons plutôt de relation, de collaboration, de collocation, de lien, d'amitié, etc. Nos chiens sont nos amis, et nous sommes aussi un ami (si tant est qu'on mette en place une relation de confiance et respectueuse)

Comentários


bottom of page